Dossier Technique De Tests

Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique



THEORIE


Une étude expérimentale est présentée qui fournit des preuves crédibles que l'utilisation d'un ventilateur thermo-électrique sur un poêle à bois réduit la quantité de carburant nécessaire pour maintenir un niveau prescrit de confort thermique. procédures et protocoles de test basés sur les normes et les normes existantes ont été intégrées dans une installation d'essai qui permet un examen détaillé des caractéristiques de transfert de chaleur dynamiques associés au fonctionnement de poêle à bois dans un environnement contrôlé. Les résultats expérimentaux sont validés à l'aide de simulations numériques qui justifient en outre que les résultats des tests montrent que l'utilisation d'un ventilateur thermo-électrique pendant le fonctionnement du poêle à bois offre une économie de carburant moyenne de 14% pour une gamme de conditions d'essai étudiées tout en maintenant le niveau de confort de l'utilisateur pendant de longues périodes.





INTRODUCTION


Les coûts croissants du carburant ont augmenté la demande de l'efficacité, les appareils à combustibles solides, ainsi que les produits de consommation associés qui promettent de renforcer et d'améliorer la performance thermique de ces appareils. Ces améliorations et des améliorations sont en fin de compte pour réduire la consommation de carburant et les coûts d'exploitation. La plupart des fabricants de poêles à bois donnent à penser que la consommation de carburant peut être améliorée, en installant un ventilateur ou un ventilateur pour redistribuer la chaleur à l'arrière du poêle améliorant ainsi les conditions de transfert de chaleur par convection. Cela se traduira par un chauffage plus uniforme de la pièce qui se sent plus à l'aise aux occupants.





Un examen des normes et des méthodologies existantes déterminé qu'il n'y a pas communément admis des tests standard pour effectuer des essais comparatifs des appareils à combustibles solides et des produits de consommation associés, dans des conditions « réelles ». Les méthodes existantes sont principalement législatives moteur et visent à déterminer les taux de combustion et / ou les émissions de cheminée. Le développement des procédures d'essais comparatifs pour les poêles à bois dans la « vraie vie » est très complexe, car le fonctionnement des poêles à bois est des conditions d'état dynamique et stable sont rarement atteints et les valeurs mesurées changent constamment. Par conséquent, l'analyse des données pour déterminer les résultats comparatifs devient très compliquée en raison de la variabilité des données.


Lors de l'élaboration d'une méthode d'essai normalisée pour traiter correctement cette situation; les normes existantes, y compris « la norme ASHRAE 55-2004, Conditions environnementales thermiques pour l'occupation humaine » [1] « Méthode EPA 28 certification et d'audit des poêles à bois » [2], et « ISO 7730: 2005, Ergonomie de l'environnement thermique » [3 ] ont été utilisées comme lignes directrices.



PROCÉDURE DE TEST


L'objectif principal de ce test est de déterminer la quantité de carburant qui pourraient être sauvées par le maintien d'un environnement thermique confortable pour des occupants grâce à des essais comparatifs avec et sans ventilateur thermo-électrique. La plupart des fabricants poêle à bois et les consommateurs prévoir qu'un poêle à bois assistée par ventilateur conduit à une meilleure performance thermique basée sur le fait que le transfert forcé de chaleur par convection


Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermiqueinduite par un ventilateur, redistribue l'air chaud qui est piégé autour du poêle à bois, ainsi que l'air chaud stagnant au sommet de la pièce. Cependant, peu d'études ont été réalisées dans une étude contrôlée pour étayer cette croyance. Pour étudier l'amélioration du confort thermique, la norme ASHRAE 55-2004 directives [1] a été fait référence dans la conception d'une installation d'essai contrôlé dans lequel des capteurs de température de l'air, l'humidité et la vitesse ont été installés pour évaluer le niveau de confort thermique. L'installation d'essai, environnement thermique, méthode d'essai et les procédures sont décrites comme suit.


Installation d'essai


L'installation d'essai utilisée dans cette étude se compose d'un 9,75 mètres de long par 6,4 mètres de large de 2,4 mètres de haut chambres, construit au code du bâtiment local, au sein d'une structure existante. Il y a un écart d'air de 30,5 centimètres sur trois côtés de l'installation d'essai, entre la structure existante et l'extérieur des murs de l'installation d'essai. Les murs et le plafond sont isolés à un niveau R12 et R20, respectivement. L'air extérieur est conditionné par un système de ventilation d'air, qui est équipé d'un dispositif de chauffage et apte à faire circuler l'air conditionné à l'extérieur et à maintenir une température spécifiée entre la paroi de l'installation d'essai et la structure existante. L'installation d'essai est fortement instrumenté avec des capteurs de détection de température, de mesure de poids et de vitesse d'écoulement d'air à des emplacements recommandés par la norme ASHRAE [1]. Un système d'acquisition de données informatisé est utilisé pour se connecter et enregistrer les données. La figure 1 représente la mise en page de l'installation d'essai.



Figure 1 Mise en installation d'essai


Comme le montre la Figure 1, est placé un poêle à bois (EPA Drolet Pyropak [4]) de la paroi de l'ouest de l'installation d'essai. Une couche a été placée 3 mètres devant le poêle; où l'occupant température de fonctionnement (T o)


Est obtenu.


Par la norme ASHRAE 55-2004 [1], T o peut être calculée avec une approximation suffisante en tant que la valeur moyenne de l'air et la température moyenne de rayonnement, où la vitesse relative de l'air est faible (<0,2 m / s), ou lorsque la différence entre la température de rayonnement et de l'air moyenne est faible (<4 ° C) [1 ]. température de l'air à la position de l'occupant est mesurée à quatre hauteurs différentes; 0,1 m, 0,6 m, 1,1 m et 1,7 m. Ces emplacements sont à la cheville, du genou et assis / debout positions de la tête de l'occupant. La température moyenne de l'air est la moyenne des lectures de température à ces endroits. La température moyenne de rayonnement est définie comme la température d'une manière uniforme, noir




2



Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique enceinte qui échange la même quantité de rayonnement thermique à l'occupant que l'enceinte réelle [1]. Pour obtenir des températures radiants, une boîte noire est placée au niveau de la tête de l'occupant au-dessus du canapé avec les thermocouples de type T- rattachés à toutes ses faces. La température moyenne de rayonnement est la moyenne de ces lectures thermocouple. La température opératoire est ensuite calculée à partir de:




T o = ( T a + T r)

(1)

2



T une et T r sont les températures de l'air et par rayonnement, respectivement. En outre, la température de l'air dans d'autres parties de l'installation d'essai a été mesurée à 1,1 m et 2,0 m de toutes les parois de l'installation d'essai et les quatre espaces d'air entre l'installation d'essai et la structure existante. Les températures de surface à des emplacements de point milieu à l'intérieur et à l'extérieur de toutes les parois ainsi que le plafond et le toit ont été enregistrés. La partie supérieure du poêle à bois, le dos et les côtés et les températures de surface de la cheminée ont également été mesurées et enregistrées. La pression statique des gaz de combustion dans la cheminée a également été mesurée.




Test Facility calcul de la perte de chaleur


Comme un indice de confort thermique, une température ambiante de 22,5 ° C a été retenue pour occupant d'un taux métabolique du sédentaire ou à proximité sédentaire et une isolation moyen de vêtements.


La perte de chaleur de l'installation de test a été calculé en fonction de la température de l'air de la température finale et la disponibilité écart de 0 ° C et 22,5 ° C, respectivement. La puissance nécessaire pour élever la température de la chambre de départ 0 ° C à 22,5 ° C en un temps donné peut être calculée à partir de l'équation 2.



m et C p sont masse et la chaleur spécifique à pression constante de l'air, t est l'intervalle de temps et AT est la différence entre la température de l'écart et de la température finale de la pièce. En remplacement des termes appropriés, l'énergie totale nécessaire est estimé à 1152 W.


Pour calculer la perte de chaleur pour l'installation d'essai, la résistance thermique des parois, les deux fenêtres et le plafond doit être évalué.


Le tableau 1 montre les valeurs calculées de ces résistances thermiques avec leurs régions associées.







Tableau 1. Résistance thermique des limites de l'installation d'essai


Limites

Résistance thermique (m 2 ° C / W)

Zone (m 2)

Des murs

2,406

78,8

les fenêtres

0,176

4.5

Plafond

3,952

62,5



La perte de chaleur par transmission à travers les limites de l'installation de test peut être calculée selon l'équation (3).



=

(3)

Tr  RTAQ






3



Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique


où A, R et AT, sont la région, la résistance thermique, et la différence entre les températures ambiante et d'espacement, respectivement. valeurs pour les murs en substituant, fenêtres, plafond et l'équation 3 ATin rendements:


Q Tr = 78,8 X 22.5

(4)

2,406 + 4.5 X 220,176.5 + 62,5 X 3,95222. = 1662 W

La perte de chaleur à travers la dalle de plancher est par périmètre et est évaluée en utilisant l'équation 5:

(5)

sol

Ô ' = TPUQ



où U », P et AT sont coefficient de bord, le périmètre du plancher, et la différence entre les températures ambiante et de masse, respectivement. La perte de chaleur à travers le plancher est évalué à 1799 W, en supposant un coefficient de bord de 2,47 W / m ° C pour le sol avec une isolation minimale et une température de masse de 0 ° C. La perte de chaleur de transmission totale sera la somme des pertes de chaleur par les limites de l'installation est:


Q Tr = 1662 = 3461 1799 W

(6)


La perte de chaleur totale est égale à la perte de chaleur de transmission, plus la perte de chaleur due à l'infiltration selon l'équation 7.



où, Q je est la perte de chaleur d'infiltration qui est provoquée par l'échange d'air entre l'installation d'essai et à l'extérieur. En supposant un échange d'air par une heure, la perte de chaleur d'infiltration serait égale à 1152 W. Remplacement pour les termes appropriés dans l'équation 7 produiraient la perte de chaleur totale dans l'installation d'essai.


Q T = Q Tr + Q I = 3461 + 1152 = 4613 W

(8)


Analyse numérique de l'installation d'essai


Pour calculer et évaluer l'impact de l'utilisation d'un ventilateur thermo-électrique sur un poêle à bois sur l'environnement thermique de l'installation d'essai, une analyse de la dynamique des fluides a été réalisée. FloEFD Pro 9 TM,


un paquet CFD commercial par Mentor Graphics [5] a été utilisé pour simuler les scénarios de cas réels de l'installation d'essai avec et sans ventilateur. Les images CFD sur la figure 2 montrent clairement que l'air chaud est plus uniformément répartie quand un ventilateur thermo-électrique est utilisé. Dans la figure 2a, en l'absence de ventilateur est utilisé, l'air chaud monte directement au sommet, où il se répand et reste au sommet de la pièce. Dans la figure 2b cependant, lorsqu'un ventilateur air chaud utilisé est poussé plus bas dans la pièce par convection forcée et des mélanges et distribue l'air chaud uniformément.





Figure 2 Image CFD de l'installation d'essai avec a) sans ventilateur et b) avec un ventilateur


 



Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique


Procédure de test


Un nouveau protocole de test a été développé comme l'objectif de cette enquête était unique. Il y a eu un certain nombre d'études effectuées sur des poêles à bois, mais ils sont conçus pour évaluer les taux de combustion du poêle à bois et l'efficacité du poêle ou les émissions de cheminée. Cependant, il n'y avait pas de travail précédent, destiné à évaluer les économies de carburant à un confort thermique spécifié pour l'occupant était maintenu, à l'aide d'un ventilateur thermo électrique. Il est important de noter que l'objet d'économies de carburant de cette étude ne soit pas directement liée à l'efficacité des poêles à bois. La chaleur de l'espace net perdu à l'ambiante à l'extérieur est le même si un ventilateur est utilisé dans les mêmes conditions environnementales. L'utilisation d'un ventilateur ne change pas la sortie de la chaleur du poêle, mais il ne circule et distribuer l'air chaud dans la pièce. En d'autres termes, un ventilateur thermo-électrique aspire l'air chaud stagnant du haut et à l'arrière d'un poêle et la force au milieu de la pièce. Le transfert amélioré forcé de chaleur par convection provoque les occupants à l'expérience d'une température ambiante plus confortable. Il en résulte; moins de carburant rechargements sur l'utilisation prolongée du poêle à bois.





Il était important de concevoir une procédure de test qui reflète des scénarios de la vie réelle, aussi près que possible. Le but de cette enquête était de créer une méthode d'essai qui pourrait capturer le comportement réel des occupants qui tentent d'utiliser le poêle pour atteindre et maintenir le confort thermique. Avec cette considération, les tests ont été conçus de longues où le technicien d'essai a essayé de maintenir T O à 22,5 ° C. Pour ce faire, le poêle à bois a commencé avec une quantité fixe de bois d'allumage et le feu d'allumage prétest, avec des charges de carburant supplémentaires pendant la transition de la température de l'installation d'essai initiale à la température ambiante prescrite, après quoi l'essai commencerait. carburant en bois ne sera ajouté lorsque le carburant restant dans le poêle a atteint une masse minimum de 1 kg. Le technicien d'essai a été autorisé à contrôler la température en ajustant le réglage de l'amortisseur d'air. Ce faisant, l'air de carburant changerait entraînant un changement de vitesse de combustion affectant ainsi la production de chaleur du poêle. Le poêle a été placée sur une balance électronique et la masse de bois existant ou consommé pourrait être calculée en tout cas du temps. Toutes les données ont été acquises par voie électronique par un système d'acquisition de données informatiques. À la fin du test, les données brutes ont été traitées pour déterminer le bois de la consommation totale pendant toute la durée du test et lorsqu'il est divisé par le temps, le taux de combustion en kg / h ont été estimées. Les taux de combustion ont encore été normalisées par rapport à AT, pour tenir compte de la différence de gradients de température. Une description détaillée de l'analyse de la procédure d'essai et les données peuvent être obtenues à partir Caframo Ecofan Utilisation de carburant Document Procédure d'essai [6]








Pour le protocole de test, la méthode EPA 28 pour la certification et la vérification des appareils de chauffage au bois [2] a été utilisé comme une ligne directrice générale. Il y avait des écarts; dont un était le type de carburant. Le combustible utilisé dans cette étude a été l'écorce sans air sans traitement de deux ans frêne blanc sec de qualité de meubles, par rapport à douglas utilisé dans la méthode EPA 28 [2].




Au début de chaque essai, 19 mm x 19 mm x 380 mm frêne blanc (1,0 kg) est consommé pour l'allumage, suivi de 50 mm x 50 mm x 225 mm de frêne blanc (2,25 kg) de pré-allumage, et 50 mm x 100 mm x 380 mm de cendre blanche (3,25 kg) pour les charges de carburant. Tous les taux étaient brûler dans la catégorie 2 de la méthode EPA 28 (0,8 à 1,25 kg / h).




La teneur en humidité du combustible bois a été mesurée par un compteur d'humidité avant de le placer dans le foyer du poêle. Le combustible bois utilisé dans cette étude avait un taux d'humidité allant de 18 à 23%. La masse de l'humidité a été déduite de la masse totale pour obtenir la masse sèche de bois.


Une procédure de test de consommation de carburant initial a été mis au point et plusieurs itérations de tests ont été en compétition avant que la procédure a été finalisée. L'évolution du protocole de test est brièvement expliqué dans la section suivante.




 

Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique



Protocole et procédure Evolution du poêle à bois Usage de carburant d'essai


La phase I: Comme indiqué par la méthode EPA 28, l'objectif de cette phase est de normaliser le prétest


procédures d'allumage. allumage prétest est nécessaire pour garantir qu'un charcoalization uniforme du lit de carburant d'essai est réalisé avant la charge de carburant d'essai de chargement. L'allumage prétest se composait de papier journal chiffonné de chargement,


1,0 kg de bois d'allumage et une charge de combustible pré-test de 2,25 kg. L'allumage est prétest laisse brûler jusqu'à ce que le poids du carburant est consommé à environ 20 - 25% du poids de la charge de carburant d'essai. opérations de poêle et la caractérisation de la température ambiante a été contrôlé et documenté. A la fin de cette phase de la procédure d'allumage a été mis à jour prétest et finalisé. Phase II:



l'installation d'essai a été amené à un état initial de 10 ° C et la température ambiante à l'extérieur par rapport


humidité. Une fois que l'allumage prétest a été terminée, le poêle à bois a été chargé d'une charge d'essai unique (3,25 kg) à un réglage de l'air de combustion pré-série. La température ambiante et le fonctionnement du poêle ont été suivis et documentés. Plusieurs tests ont été effectués à différents débits d'air de combustion et des taux de combustion résultant. Il a été déterminé que le niveau de confort souhaité de 22,5 ° C n'a pas pu être atteint avec une seule charge de carburant d'une condition initiale de la pièce de 10 ° C. Procédure d'essai a été révisé pour intégrer des charges multiples de carburant. Phase III:



Cette phase a été similaire à la phase II, cependant, les charges multiples de carburant de 3,25 kg ont été ajoutés à


définir des intervalles de temps et un réglage d'air de combustion préréglée. La température ambiante et le fonctionnement du poêle ont été suivis et documentés. Plusieurs tests ont été effectués à différents débits d'air de combustion et des taux de combustion résultant. Il a été déterminé que le niveau de confort souhaité de 22,5 ° C pourrait être réalisé avec de multiples charges de carburant, cependant, que le test a progressé les charges de carburant n'étaient pas entièrement consommés pendant les intervalles de temps prescribe et le poêle à bois est devenu plus rempli de charbons dans divers les étapes de combustion. Après deux charges de carburant consécutives, les charges de carburant supplémentaires ne peuvent pas être ajoutés et la combustion DEVENAIT étouffés à abaisser les paramètres d'air de combustion. Phase IV:



Test des charges multiples de carburant de 3,25 kg ont été utilisés, avec un réglage d'air de combustion préréglée. Cependant, les charges de carburant supplémentaires ont été ajoutés lorsque le seul poids total de carburant dans le poêle à bois était


1,2 kg. Cela a permis qu'il y avait suffisamment de place pour la prochaine charge de carburant à ajouter au poêle à bois et qu'il y avait une combustion uniforme. pistes d'essai étaient généralement 7 à 10 heures dans la durée, et la température de confort thermique souhaité a été atteint. Cependant, il a été déterminé que la température ambiante résultante variait de manière significative en raison de la nature cyclique du taux de combustion, la taille de la charge de carburant (3,25 kg), et les influences environnementales. Une analyse des données recueillies a déterminé que, en raison de la variation significative des températures les données ne peuvent être utilisées pour ventilateur / aucune comparaison du ventilateur. L'analyse a également déterminé que la majorité du temps de test et de carburant consommé ont été utilisés pour amener l'installation d'essai des conditions initiales de 10 ° C à 22,5 ° C. En conséquence les temps de test réels à la température de confort souhaitée étaient trop courts. Phase V:




Procédure d'essai a été révisé afin de réduire la charge de carburant (50 mm x 100 mm x 380 frêne blanc


Pesant environ 1,25 kg), avec des charges de carburant supplémentaires seulement ajouté lorsque le poids total de carburant dans le poêle à bois était de 1,2 kg et les paramètres d'air de combustion ont été pré-réglée. Les conditions initiales de l'installation d'essai ont été modifiés à partir de 10 ° C à 21 ° C, pour réduire au minimum le temps de transition entre les conditions initiales de température de confort thermique souhaité. Conditions environnementales pour Février et Mars ont indiqué exceptionnellement des températures plus élevées pendant la journée que la normale. La dynamique des conditions environnementales ont influencé de manière significative la perte de chaleur de l'installation d'essai et, finalement, ont donné lieu à une variation significative de la température ambiante de l'installation d'essai. Une analyse des données recueillies, déterminé qu'en raison de la variation significative des températures de jour, les données ne peuvent être utilisées pour ventilateur valide / aucune comparaison du ventilateur.


Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique


Phase VI: Le test a été lancé dans la soirée et conduite par la nuit. Au cours de la nuit


les conditions environnementales ont tendance à être plus stables et les températures extérieures sont plus faibles et plus cohérente. Les procédures d'essai consistaient des charges de carburant réduite, avec du carburant supplémentaire étant ajouté lorsque le poids total de carburant dans le poêle à bois était de 1,0 à 1,2 kg. Dans cette phase, le technicien d'essai a été autorisé à ajuster le réglage de l'air de combustion, comme nécessaire pour maintenir une température de confort thermique stabilisé. Pour compenser les températures saisonnières anormalement élevées et d'assurer constants les taux de perte de chaleur de l'installation d'essai; la température de confort thermique a été définie comme étant de 22,5 ° C au-dessus de la température de l'espace d'air est stabilisé.



RÉSULTATS ET DISCUSSIONS


En Janvier et Février 2010, un grand nombre d'essais ont été effectués. Cependant, toutes les séries de tests pourraient être pris en compte dans l'analyse des données. Certains des tests précédents ont été conçus pour caractériser le poêle à bois et protocole de test. Les données de test qui pourraient être compilées et traitées pour une interprétation de confort thermique et la consommation de carburant est répertorié dans le tableau 

 

Essais comparatifs poêle à bois pour déterminer les économies de carburant avec l'utilisation d'un Thermoélectriques ventilateur pour maintenir le confort thermique


Mais une plus grande source de variabilité des données est la façon dont le poêle à bois a été utilisé au cours des expériences. Étant donné que le critère principal était de maintenir la température de confort autour de 22,5 ° C, l'opérateur peut avoir dû changer l'amortisseur d'air réglage un certain nombre de fois dans une série de test donné. De toute évidence, changer le réglage de l'amortisseur d'air changerait l'air à carburant et à son tour changer la vitesse de combustion du carburant et de l'efficacité en conséquence. Changement du réglage de l'amortisseur d'air est un moyen de contrôle et de maintien de la température et reflète le scénario de la vie réelle de fonctionnement du poêle à bois. En l'absence d'un système de contrôle automatique, l'occupant change le réglage de l'air pour atteindre un confort thermique souhaitable. Il est évident à partir des données que le comportement des occupants de maintenir un environnement thermiquement confortable semble différent quand on utilise un ventilateur sur le poêle à bois. L'utilisation d'un ventilateur assure une température de confort plus élevé et plus uniforme, donc l'occupant aurait tendance à faire fonctionner le poêle à un réglage de l'amortisseur d'air inférieure. À des paramètres inférieurs, une combustion plus complète a lieu et l'efficacité des augmentations de brûlures. Ce résultat en moins de rechargements carburant en bois sur une utilisation prolongée du poêle à bois.





ECONOMIE DE CARBURANT

 

 

Le bois est pas le seul avantage d'utiliser un ventilateur avec poêle à bois. Un ventilateur créerait un environnement thermique qui est plus agréable et confortable à l'occupant. ASHRAE Standard [1] a un certain nombre d'échelles de mesure de l'inconfort de la température locale, l'une qui est d'air vertical différence de température. Selon les normes ASHRAE [1], la stratification thermique qui se traduit par la température de l'air au niveau de la tête étant plus chaude que la cheville peut provoquer un inconfort thermique [1]. En évaluant la verticale différence de température, la température au niveau de la cheville ne pouvait pas être utilisé car il a été observé que l'ensemble de détection de température à ce niveau avait touché le sol à un moment donné et l'utilisation de ces valeurs aurait faussé les résultats. Sinon, la température au niveau du genou a été utilisé à la place. La figure 3 compare la verticale différence de température pour le ventilateur / pas de condition de ventilateur dans les différentes paires d'essai. Comme il est évident, à la verticale différence de température est inférieure d'un ventilateur dans tous les tests effectués. La différence se situe entre 0,2 ° C à 0,9 ° C avec une moyenne de 0,5 ° C. Il faut noter que la différence aurait été encore plus eu la température au niveau de la cheville été utilisée dans l'évaluation de la verticale différence de température.

 

 

Cette enquête établit de fortes indications que l'utilisation d'un ventilateur sur un poêle à bois permet d'économiser du carburant et améliore le confort thermique des occupants. Toutefois, pour fournir une mesure quantitative plus précise de l'économie de carburant et le confort thermique, des études supplémentaires sont nécessaires. Les auteurs ont l'intention de concevoir et de réaliser des expériences améliorées à l'automne 2010 afin de quantifier adéquatement les avantages de l'utilisation d'un ventilateur lorsqu'il est utilisé avec un poêle à bois. Les nouvelles expériences seront menées dans une installation d'essai avec l'environnement contrôlé amélioré qui permet inférieures à 0 ° C les paramètres.



CONCLUSION


Les résultats des tests présentés dans la section précédente de ce rapport suggèrent fortement l'amélioration de l'économie de carburant et le confort thermique des occupants lorsqu'un ventilateur thermo-électrique est utilisé avec des poêles à bois.


Dans tous les tests, un pourcentage constant et considérable dans l'économie de carburant est rapporté lorsque le thermo ventilateur électrique est utilisé avec le poêle à bois. L'économie de carburant est de 6% à 28% avec une moyenne de 14,1%. La grande variabilité vu dans l'économie de carburant entre les expériences était attendu. Cependant, les paires de test sont comparables car elles ont été menées dans le même laps de temps et les conditions environnementales similaires. Il y a aussi une tendance forte et une indication que l'utilisation d'un ventilateur thermo-électrique améliore le confort thermique de l'environnement. Dans chaque essai, la verticale différence de température entre la tête des occupants et le genou est moins quand un ventilateur est utilisé. La différence est de 0,2 ° C à 0,9 ° C avec une moyenne de 0,5 ° C. La différence aurait été encore plus si la différence avait été évaluée entre la tête des occupants et la cheville.



NOMENCLATURE


A = surface


C p = La chaleur spécifique de l'air à pression constante


m = Masse d'air de l'installation d'essai


P = Périmètre


Q = Énergie


R = Résistance thermique


t = temps T a = Température de l'air T o = Température de


fonctionnement des occupants


T r = Température Radiant


AT = gradient de température entre l'installation d'essai final et initial


  • U » Coefficient de bord
  •